12 astuces pour devenir un consommacteur malin

Les placards des consommateurs débordent d’objets inutiles. Ils ressentent pourtant ce besoin incontrôlable de consommer toujours plus. Kit Yarrow est psychologue de la consommation à la Golden Gate University de San Francisco et elle a fait ce constat. L’experte propose 12 conseils qui pourraient vous aider à éviter des comportements incohérents de consommation. Voici ces conseils revisités à la sauce Mr Mondialisation.

 

1. Triez ce que vous avez déjà.

Jenna Suhl, directrice d’une société de luxe affirme : «Il n’est pas rare pour les gens d’acheter les mêmes choses parce qu’ils ont tellement qu’il ils ne peuvent plus savoir exactement ce qu’ils ont déjà.» La psychologue recommande de se débarrasser de tout ce que vous n’utiliserez plus. Trier pour mieux savoir ce qu’on possède. Plus la maison est vide, mieux on différencie le nécessaire du superflu. De notre point de vue, la simplicité volontaire passe par un allègement des objets. Moins on a (sans tomber dans les extrêmes), mieux on comprend l’essentiel.

2. Achetez ce que vous allez utiliser et utilisez ce que vous avez.

Ça semble basique et évident, mais il n’est pas rare d’acheter par instinct des objets aimés mais qu’on n’utilise pas. Ça peut être la machine à café hyper-stylée ou le vêtement hors de prix. Si vous avez un doute sur l’utilité, passez votre chemin. De peur d’user les biens de bonne qualité, certaines personnes acquièrent leur équivalent low-cost pour les utilisations du quotidien. L’objet de qualité et durable restant « sous verre ». Le bilan est négatif car il faut remplacer plus souvent les objets de faible qualité, ce qui n’est ni bon pour le budget, ni pour l’environnement.

3. Ne pas acheter ce que vous n’utiliserez pas maintenant (sauf exceptions).

Il y a un nombre incroyable d’objets inutilisés qui traînent dans nos maisons, souvent, avec leur étiquette d’origine. Ils sont là pour une bonne raison, car nous achetons souvent en prévision d’événements qui n’arriveront sans doute jamais. Ce sont des objets qui répondent à un fantasme pas à un besoin. L’acte d’achat doit se porter sur un élément tangible, non-imaginaire.

4. Virez vos spams publicitaires !

Vous vous imaginez vivre avec quelqu’un qui vous dit constamment ce que vous devez acheter, comment vivre et avec quoi être heureux (le bonheur à -50%) ? Les marques ont ces techniques pour vous inciter, sans que vous en ayez forcément conscience, à acheter. Ne vous abonnez à aucun e-mail de marque. Si vous avez un besoin, vous le remplirez le moment venu naturellement.

5. Attendez au moins 20 minutes avant d’acheter.

Ne rigolez pas, attendre est efficace. Prenez le temps d’examiner un objet, surtout s’il est cher. Est-il vraiment utile ? Quand vais-je l’utiliser au juste ? Joue-t-il un rôle important dans ma vie ? Puis-je trouver mieux et équitable ailleurs ? Peut-être même que ça existe en « bio » ou fait main ?! Parfois, une envie spontanée, qui manque donc de raison, peut très vite passer. Vous évitez ainsi ce petit sentiment de culpabilité après un achat inutile voir coûteux d’un point de vue environnemental.

6. Envisager d’autres moyens de posséder des choses.

Oui, posséder, ce n’est pas juste avoir plein d’objets. Se détacher du matériel permet de voir les choses différemment. On s’axe sur le partage, sur le créatif, sur l’échange. Des initiatives de partages d’objets entre voisins sont un véritable succès ! ce n’est pas sans raison. Moins de biens = Plus de liens !

7. Ne vous laissez pas tenter par tout ce qui est gratuit.

Rien n’est gratuit dans le commerce. Si on vous offre une chose, vous la payerez d’une autre manière. Les bons de réduction, ce troisième paquet de pâte offert, cette coupe de champagne offerte à l’entrée du magasin. Prudence. Ces choses sont faites pour activer un sentiment de culpabilité. Statistiquement, vous serez beaucoup plus enclin à consommer après avoir reçu une chose gratuite, comme un juste retour des choses. Parfois, il s’agit d’un véritable piège. Il y a des gens rationnels qui pourtant dépensent beaucoup d’argent pour obtenir quelque chose de gratuit.

8. Évitez les cartes de crédit.

En dehors du risque d’endettement, véritable fléau chez les familles fragiles, la carte met une distance entre l’argent et l’acte d’achat. Il est ainsi plus facile de dépenser une grosse somme avec une carte, plutôt qu’en cash. Évitez aussi de stocker vos numéros de carte sur vos sites d’achat en ligne. Sur base du même principe, il est plus « facile » de céder à un clic de souris que de refaire toute la longue procédure de paiement.

9. Connaître les véritables raisons pour lesquelles vous faites des emplettes.

Le shopping n’est pas un hobby. La recherche a démontré que nous pouvons penser que nous avons faim quand nous avons soif en réalité. Notre cerveau nous ment. Les gens achètent souvent des choses quand ils ont, en réalité, envie de contact humain, le soulagement de l’ennui, la chance de se sentir compétent dans une tâche, etc… L’acte d’achat va se substituer à un manque qui pourrait être comblé autrement.

10. Soyez prêt à partir les mains vides.

Il n’y a aucun problème à quitter un magasin les mains vides. Certaines personnes vont pourtant se sentir perdues ou coupables de ne rien acheter. Il n’est pas rare pour les gens d’acheter quelque chose qu’ils n’ont pas vraiment besoin, simplement pour ne pas repartir les mains vides et ressentir une forme de contrôle sur les choses. Partir les mains vides, c’est accepter l’idée qu’une balade est riche en dehors de l’achat d’objets matériels. Même dans un centre commercial, il est possible de passer un bon moment sans acheter grâce aux rapports sociaux.

11. Ne soyez pas dévoreur de soldes.

On a souvent le sentiment de faire de bonnes affaires durant les soldes. Pourtant, on observe aussi que durant ces soldes, le sentiment de faire « une bonne affaire » nous pousse à consommer plus que de raison. Notre cerveau nous ment encore et nous donne l’impression qu’un « prix » va être gagné. L’objet devient convoité du fait de son prix prétendument intéressant. Selon la psychologue, les dévoreurs de soldes vont dépenser plus que les autres. Bien sûr, on peut profiter de soldes, mais tout en gardant la tête froide sur l’ensemble des points précédents.

12. Pratiquez la gratitude !

C’est probablement le point le plus important, mais le moins rationnel. Soyez heureux de ce que vous avez déjà. Vous vivez probablement dans un pays riche. Soyez heureux de la vie et votre envie d’achat (en dehors des nécessités) s’estompera graduellement. Moins consommer offre certainement un deuxième niveau de gratitude quand on comprend à quel point il est important pour l’environnement de refréner nos achats à tous. Vous serez alors en phase avec vos valeurs, vous aurez ce sentiment d’abondance émotionnelle. En plus, moins consommer vous permet d’épargner pour vous donner l’accès à la qualité ultérieurement.

Source: Mr Mondialisation.

Le plus important est de réfléchir à qui vous donnez votre argent, chaque euro dépensé compte !

Dites vous simplement ça dans votre tête : est ce que cette personne/entreprise mérite que je lui donne mon argent ? Prend elle soin de la planète et du futur de mes enfants ? 

On n'arrète pas un système e le combattant, mais en arrêtant de le nourrir.

N'écoutez pas votre esprit/égo, mais votre conscience, elle auras toujours la bonne réponse.

santé bio végétarien végétalien végan solutions sans huile de palmes alimentation cultiver

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau